Chantier pilote de l’Arsenal

Parmi toutes les initiatives locales spontanées, le chantier pilote de l’Arsenal, mené sur le territoire de Grand Besançon Métropole, est certainement l’opération régionale la plus remarquable en matière de réemploi.

Un projet initié dès 2018

Depuis 2018 Grand Besançon Métropole mène, avec l’appui du Pôle énergie, plusieurs actions de sensibilisation sur la thématique de l’économie circulaire dans le secteur du bâtiment et des travaux publics. Ce travail a permis :

  • d'engager une première identification de l’écosystème régional existant en matière d’économie circulaire appliqué au secteur du bâtiment,
  • de constituer un groupe de travail thématique et d’identifier un chantier pilote : la réhabilitation du Bâtiment N du site de l’Arsenal (Besançon - 25).
     

Un groupe de travail dédié

Le rôle du groupe de travail est de coordonner l’apprentissage sur la thématique de l’économie circulaire des différents acteurs, pour apprendre à travailler ensemble d’une nouvelle façon. Il réunit Grand Besançon Métropole, le Pôle énergie, l’ADEME, la Région Bourgogne-Franche-Comté, le cluster Écorce TP, le Pôle d’Insertion par l’Activité Economique BFC, la Chambre de métiers et de l’artisanat régionale, le Collectif Hôp Hop Hop, le Rectorat de Besançon et le Sybert.

Dans le cadre d’une démarche partenariale, le groupe de travail a cherché un chantier pilote, permettant d’expérimenter sur le territoire, l’économie circulaire au sens large, et le réemploi en particulier. C'est le projet de réhabilitation du bâtiment N du site de l’Arsenal, dont le maître d’ouvrage est le Rectorat de Besançon, qui a ainsi été retenu.

Les membres du groupe de travail se réunissent plusieurs fois par an pour échanger sur les initiatives régionales relatives au réemploi et suivre l’actualité du chantier pilote. Ce groupe de travail accompagne en effet le chantier pilote dans toutes ses phases, par l’expertise de ses membres.

La vocation du chantier pilote de l'Arsenal

Ce chantier pilote a pour vocation d’être un support d’expérimentation dans le domaine de l’économie circulaire appliqué aux besoins de la Maitrise d’ouvrage, la communauté d’utilisateurs et les partenaires du projet. L’objectif clairement affiché de l’expérimentation est d’aboutir à une méthodologie reproductible, et de rendre compte des résultats obtenus.

Au-delà de la thématique “matérialité” (utilisation de ressources locales et durables, choix de filières), le projet traite également la thématique de l’écoconception et valorise les pratiques permettant de dépasser la logique linéaire de production de projet.

 

Un diagnostic ressources participatif

Dans le cadre de cette opération pilote, un pré-diagnostic ressources a été réalisé par le bureau d’études Bellastock. Ce pré-diagnostic a permis d’identifier des matériaux à potentiel sur le site, mais également des pistes de réflexion stratégique à développer pour mettre en place une action structurée tournée vers le réemploi et la réutilisation de matériaux sur le projet.

À la suite de ce premier état des lieux, et dans l’objectif de sensibiliser le plus grand nombre de professionnels, un diagnostic ressources participatif portant sur le chantier pilote a été organisé. Ce rendez-vous, ouvert à tous les acteurs volontaires, a réuni une cinquantaine d’acteurs du territoire de Grand Besançon Métropole : rectorat, architectes, bureaux d’études, chambres consulaires, donneurs d’ordre, entreprises, organisations professionnelles, filières, collectivités, lycée professionnel et acteurs de l’insertion.

Ce diagnostic participatif a fait l’objet d’un rapport de synthèse.

 

Le mot du maître d'ouvrage

Ce diagnostic participatif a opéré un vrai changement d’esprit de la part de la Maîtrise d’ouvrage, et a contribué à la construction de la feuille de route stratégique et opérationnelle. L’objectif programmatique a été transformé : de la démolition d’un bâtiment, nous sommes passés à l’identification des ressources pour réhabiliter ce bâtiment.

Sylvain DOUSSE , Rectorat de Besançon

Le concours et le lauréat

Avant la phase concours, le maître d’ouvrage a mandaté le bureau d’études Bellastock pour la réalisation d’un diagnostic ressources. Dans le cadre du programme, il a été demandé aux architectes de proposer des systèmes constructifs réversibles ainsi que d’intégrer, dès le début, des études de capacité, à moindre coût financier et énergétique, de modifier les réseaux du bâtiment, pour transformer facilement les espaces. Sur la base du diagnostic ressources, il a été demandé d’identifier une dizaine de propositions de réemploi ou de réutilisation de matériaux à intégrer dans le projet.

L’équipe de Maîtrise d’œuvre a été désignée tout début 2021. Sous le mandat de l'Atelier Novembre, le projet proposé porte sur les notions clés suivantes :

  • Une personne de la Maîtrise d’œuvre - une permanence économie circulaire : cheville ouvrière, lien entre MOA, entreprises et usagers actuels et futurs.
  • Un lieu - la cité de chantier - 250m2 qui réunit base vie, bureaux pour la permanence, atelier réemploi, espace d'exposition et stockage des matériaux.
  • Une entreprise - le lot réemploi : chargé de recherche de matériaux, approvisionnement, logistique, réalisation d'un atelier sur site, participation à l’adhésion des acteurs, procédures formelles et maitrise des risques.

Pour répondre à la volonté de rendre compte, une notice économie circulaire fait office d'outil de suivi et est mise à jour à chaque phase et un "livret retour d’expérience", qui comprend notamment un bilan économique, est alimenté tout au long du projet,

La mise en application de l’économie circulaire par les entreprises de travaux

La possibilité de réutiliser ou réemployer des matériaux a été intégrée aux dossiers de consultation des entreprise (DCE) des différents marchés, sous forme de prestations supplémentaires éventuelles (PSE). Cela permet, en phase chantier, de modifier les marchés des entreprises en fonction de la nature et de la quantité des matériaux déposés et récupérés sur site ou sur les sites partenaires.

En amont des consultations pour les marchés de travaux, le Maître d’ouvrage a interrogé les entreprises traditionnelles sur leurs capacités d’adaptation à cette nouvelle demande de réemploi. Il ressort de ces entretiens que la forte technicité de ces entreprises ne permet pas de couvrir l’intégralité des besoins nécessaires à une dépose soignée, une remise en état et une gestion du stockage des matériaux et du matériel. Les déposes soignées sont sujettes à de forts surplus financiers et la plupart des entreprises ne savent pas remettre en état.

C'est pour cela que le Maître d’ouvrage a fait appel à Grand Besançon Métropole et à l’une des facilitatrices en insertion sociale. Il a ainsi été décidé de proposer un marché réservé aux entreprises d’insertion pour le lot « économie circulaire » afin d’utiliser leur capacité d’adaptation.

Après plusieurs rencontres avec des entreprises locales d’insertion, un groupement s’est créé pour répondre à l’appel d’offre du lot « économie circulaire ». Cette réponse est un pari, fait par les entreprises d’insertion sur l’avenir et le développement des nouveaux métiers tels que la dépose soignée, la remise en état de matériaux et de matériel, le stockage et la redistribution. Les travaux de dépose ont commencé à l’été 2022.

Nos ressources pour aller plus loin

[WEBINAIRE] Réemploi des matériaux dans le bâtiment : 2 retours d’expérience en Bourgogne-Franche-Comté - Pôle énergie Bourgogne-Franche-Comté - Mars 2022 - Accèder au REPLAY

[WEBINAIRE] Opportunités et freins pour le réemploi dans la construction en Bourgogne-Franche-Comté - Pôle énergie Bourgogne-Franche-Comté - Janvier 2021 - Accèder au REPLAY

 

Contact

Lina BOURGEOIS

Chargée de projets Bâtiment Durable

03 80 59 59 66

06 30 30 28 29

Contacter par mail

À télécharger

  • Rapport d'étape sur l'économie circulaire du BTP PDF - 41 pages - 3,92 Mo Télécharger Feuilleter
  • La démolition de l'Arsenal doit être un chantier école, L'Est Républicain, 2019 PDF - 1 page - 1,18 Mo Télécharger

Dernière mise à jour : 15.10.2022